Ravachol

Spectacle à l’atmosphère brute, Ravachol est un mélange joyeux d’humour potache et de sérieuse insolence. Quatre acteur, quinze personnes et une course-poursuite qui trace un lien entre la France post-révolution et l’Europe d’aujourd’hui.Le jeune auteur belge Axel Cornil signe l’écriture et la mise en scène d’un spectacle aux allures de polar américain qui questionne la radicalisation politique, le besoin d’amour et d’insurrection.

Une bande d’amis. Quelques bières. Des conversations animées. Dehors, il n’y a plus de travail ; le chômage est partout. La crise fait les titres des journaux. Dans la rue, la police fait régner l’ordre. La jeunesse est ballottée entre cynisme, désespoir et radicalisation. Du chômage au banditisme, en passant par l’anarchisme et le terrorisme, on découvre le parcours chaotique d’un homme en proie à l’injustice de l’ordre et la violence de la misère : Ravachol.

Du béton dans les plumes

Ils sont quatre garnements barbus tout descendus des collines charbonneuses de Belgique…Sous les yeux des spectateurs, ces « gamins d’merde » dessinent l’histoire de Pétrone, jeune garçon né en 1990 sur une terre épuisée par l’ère post-industrielle. A 25 ans, il hérite de la maison familiale en suine. Entre les travaux et les souvenirs, ce chef de chantier d’un jour doit décider ce qu’à son tour il veut laisser derrière lui.

Les acteurs, avec une fougue et une fureur que seule la jeunesse s’octroie, vous entraînent dans l’histoire d’une famille, d’une région, d’une génération. De rebond en rebond, d’un personnage à l’autre, ils prennent en charge une narration où se croise la chute d’Icare, les cigarillos de nos grands-pères, les sandwichs mous des enterrements, le porto de la mère et les oiseaux sans têtes des repas de famille.