Fusion

Fusion interroge le rapport de la marge au centre, rend hommage aux quartiers, aux extra-muros, à la créativité des banlieues, de l’underground, de la culture hip-hop comme éternelle outsider flamboyante.

Fusion, c’est un hommage puissant aux victimes des violences policières. Une création dense, gracieuse, urgente. Une complicité entre deux femmes – Joëlle Sambi et Hendrickx Ntela – qui transcendent leurs « Arts », le Slam et le Krump, pour créer un langage scénique commun. Entre la lucidité tapie dans les mots de Joëlle, qui livre un texte d’une poésie engagée et enragée sur les violences sociales et policières, et la puissance du Krump d’Hendrickx, dont chaque mouvement
vient traduire les vers, on assiste à un véritable festival d’émotions.

Une poésie exprimée par deux corps différents, deux générations différentes, deux arts différents. Leur rencontre a lieu sur scène, lors d’un hommage rendu à Semira Adamu en 2018, 20 ans après son assassinat par la police belge. L’envie de collaborer ensemble naît tout de suite, comme une évidence. Il y a quelque chose de commun à ces deux artistes, une force intérieure, une puissance dans la voix qu’elle soit slamée pour l’une ou krumpée pour l’autre. On sent aussi un désir de transmission aux générations futures, de mise en lumière de celles et ceux mis de côté par notre société.

Una Foresta

Quatre jeunes adultes, trois langues différentes, un abribus au bord d’une forêt vert asphalte.
Quatre individus sur le fil d’un présent précaire qui décident de se perdre dans une nuit d’été.
Se perdre entre elleux, leurs souvenirs, leurs rêves, leurs projections vers un futur brouillé.
Chercher l’aube ou une percée de lumière même inventée parce que « ce serait bien de voir une luciole ». Se casser le nez pour donner un sens à l’incohérence. S’orienter entre histoires personnelles et références collectives. Ouvrir des brèches féroces d’imaginaire.

Quatre acteuri.ces tissent un récit choral entre absurde et réel pour imaginer de nouveaux sentiers dans un monde où il y a trop peu de marques sur les arbres pour guider le chemin.

Caillasses Live

Dire les marges aux rythmes du slam et des beats électroniques, en extraire la beauté, le vacarme et les rages qui y suintent. « Caillasses Live » est un récital poétique, électrique et saphique tiré du livre éponyme. Un femmage politique qui fait grincer les dents parfois, fait vibrer les corps aussi et réchauffe les cœurs assurément. 

Avec son recueil de poésie, Joëlle Sambi tisse une étoffe. Elle assure la protection des vivants et le passage des mots. Une plume affilée, aussi profonde et pleine que la forêt équatoriale. Tel un manifeste poético-politique, elle y déploie les cicatrices d’un corps-âme mâtiné de violences raciales, sexistes et homophobes. Sa langue se pare de mille éclairs afin de partager les raisins mûrs de la colère. C’est tout cela qu’elle porte sur scène, à la rencontre de l’univers musical de Sara Machine.

Home

“Home” est le terme qui désigne une maison de retraite en Belgique.

“Home” est un anglicisme qui signifie foyer, chez-soi.

Trois résident·e·s attendent.
Une table, trois chaises, une horloge, un fauteuil, une radio.
C’est une salle commune. Un espace pour être ensemble, un espace où l’on est seul.
Il ne se passe rien.
On attend le·la médecin, un appel, ou une visite.

Comment faire entrer 90 ans d’existence dans une chambre de 15 m2 ? Et que voit-on du monde depuis ces endroits-là ? Maison de retraite, hospice, Ehpad en France, home en Belgique : la diversité d’expressions pour nommer les lieux où l’on « place » nos aîné·e·s cache mal leur décor désespérément uniforme et aseptisé.

Dans HOME de Magrit Coulon, trois jeunes comédien·ne·s prêtent leurs corps aux voix des anciens. D’un tableau à l’autre, véridique ou vraisemblable, la rythmique d’un quotidien en huis-clos, la mécanique des mouvements et des latences, des souvenirs et des espérances, transforment la maison de retraite en un espace de vies et de fantasmes.

EXTREME / MALECANE

Un ring blanc, sans pitié, qui se teinte de couleurs pastel.

D’un côté, quatre jeunes qui comme les autres, écoutent du rap, dansent ensemble, font du sport, regardent Netflix, tombent amoureux. De l’autre, la peur, la haine, la précarité, la recherche de sens et le besoin d’appartenir à une communauté. Des sentiments récupérés par les partis d’extrême-droite et qui influencent le regard des quatre jeunes sur le monde.

Deux comédiennes et deux comédiens emmènent le public dans un voyage troublant à travers la Belgique, l’Italie, la Grèce et la France. À partir de fragments de paroles et de corps, ils composent une fresque entre théâtre et performance pour faire ressentir les moteurs de la propagation d’un discours de plus en plus séduisant et alarmant.

Finis ton assiette !

Des convives, de la soupe, des bruits de mastication. La joie de manger avec les doigts, un chef cuisinier simiesque, des larmes de pelures d’oignon, une femme à la voix velouté. Et du suffrage universel, des sculptures de mie de pain aussi, des casques audio surtout mais pas que…

A l’heure où l’alimentation occupe la scène médiatique avec les « Top Chef » et autres « Dîners presque parfaits », à l’heure où les nourritures sont des enjeux politiques, sanitaires ou religieux, Sara Selma Dolores invite le public à un banquet à mi-chemin entre le symposium, le voyage extra-temporel et la pop’musique. Avec ses convives, la compagnie Thank You For Coming se demande : pourquoi le peuple réclame-t-il toujours du pain et pas de la brioche ? Pourquoi qualifions-nous la chanson populaire de -soupe-? Qui porte le toast de qui ? Qui a croqué dans la fucking madeleine de Marcel ?

Beaux Jeunes Monstres (Live)

« Beaux Jeunes Monstres » c’est le récit de William, jeune garçon atteint d’une infirmité motrice cérébrale, qui nous raconte son histoire. De sa naissance à son émancipation. De la survie à la libération. C’est un hommage aux invisibles. Une parole pour ceux qui ne l’ont pas. « Beaux Jeunes Monstres » c’est une révolte, une révolution même. De celles qui font tourner le monde. Et parfois le retournent. Pour que rien ne soit plus jamais pareil.

Sur le plateau, transformé en studio d’enregistrement, un chœur virevoltant invente, en direct, un voyage sonore épique, au plus près des sensations du jeune Willy. Musiques, bruitages, ambiances : ensemble, les onze interprètes de ce spectacle élaborent une partition virtuose, qui met la technologie acoustique au service d’une émotion brute. Équipé·e·s de casques audio, les spectateur·rice·s sont invité·e·s à vivre une expérience nouvelle, pour entendre la voix de celleux qu’on n’entend pas.