Sara Selma Dolorès

Cie Thank you for Coming

Née en 1981 à Genève, elle fait ses premiers pas sur la piste du Cirque Ephémère dirigé par son oncle et sa tante où elle sautera du fil au trapèze jusqu’à ses 18 ans. Les adducteurs en compote, elle se tourne vers l’École de Théâtre Serge Martin et sa pédagogie de l’acteur-créateur, et en sort diplômée en 2007.

Bruxelloise depuis 2011, elle s’émeut de voir pour la première fois de sa vie, des putains en vitrine. Un premier texte surgit, une chansonnette intitulée sobrement “l’amour c’est du gras“. Par nécessité peut-être, elle invente une mélodie et s’accompagne avec deux couteaux de boucher pour rythmer ce chant. Elle chante n’importe où, dans des squats, des scènes ouvertes, des bars jusqu’à ce qu’elle rencontre, échappée de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth Anne-Fleur Inizan, une chanteuse plus que lyrique atteinte d’un sérieux vis comica. Le duo “Boudin & Chansons“ nait, un spectacle en forme de règlement de compte avec les hommes, avec les femmes, avec les mères, avec le féminisme. 250 dates plus tard, LES OGRES (un conte immoral pour un monde immoral) surgissent avec John-John Mossoux. À nouveau, la métaphore du ventre, des appétits insatiables, mais exprimés dans un souci de changement de forme. Interactivité, irrévérence et cruauté. En 2020, elle continue son travail de recherche gastrosophique avec un nouvel opus – Finis ton assiette !, une performance audio-sensuelle où les pratiques alimentaires sont interrogées lors d’un banquet à mi-chemin entre la pop’philosophie, la cuisine et le théâtre. Puis apparait les take-aways, petites formes spin-off comme Soûlographie avec le philosophe Laurent de Sutter.

Dans un tout autre registre, elle se dirige vers la performance et fixe sa première jarretière avec le collectif Bas Nylon en 2014 (Jean-Biche) pour des cabarets queers qui ont marqué les nuits bruxelloises. Adoptée par le milieu des drag-queens (Cabaret dégenré -Gurshad Shaheman / Collectif Drag Attack-Peggy Lee Cooper), elle fait partie de l’équipe du Cabaret Mademoiselle où elle travaille comme M.C. Dans cette même veine, elle déploie CHARIVARI, une action d’art en commun afin de rendre la labilité aux folklores contemporains. Avec Kimi Amen (aka Bastien Poncelet), elles inspirent la Consoeurie des Connasses et sa Gillette avec la complicité de Louvièrois·es.

En 2023, elle rejoint le Collectif Transquinquennal pour pour leurs derniers spectacles, « C’est le moment » (mars 2023) et « Là maintenant » (décembre 2023)

En novembre 2024, ce sera Rire (pour en finir avec soi-même) au Théâtre de la Balsamine.