Juliette Framorando bénéficie du programme « Jeunes Producteurs » 2020 !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Juliette tisse des liens entre les différents domaines qui l’anime ; de l’édition à la scène.
Au sein des Ateliers du Toner (Atelier Cooperatif d’Auto-edition Bruxellois) ou dans les bureaux perchés du Théâtre Océan Nord, c’est toujours avec des constructeurs d’histoire qu’elle vibre, venant elle-même d’une formation d’illustratrice.
Aujourd’hui, elle se dit que les cordes à son arc, elle aimerait bien les renforcer, tirer dessus, les éprouver. Et elle commence par celle de productrice, avec le programme « Jeunes Producteurs » de MoDul où, pendant 18 mois, elle accompagnera deux jeunes artistes : Margrit Coulon et Bogdan Kikena.

Un trio, trois projets, trois rythmes différents.

En embarquant dans l’équipe  du spectacle « HOME » de Magrit Coulon, c’est la diffusion qu’elle expérimente dans les flots (de mails et de rencontres). Sur scène, une recherche poétique autour du temps, de la lenteur, du presque rien, au sein d’une maison de retraite légèrement onirique.

Avec Bogdan et son « Après la victoire Après la défaite », c’est la mise en route d’une nouvelle aventure. Avant la création en 2021-2022, elle se prépare aux joies des budgets, de la recherche de partenaires de coproduction, des contrats, des résidences, des dossiers de subventions, des tournées et des agendas. « Après la victoire Après la défaite » questionne la valeur de l’oeuvre d’art dans ses rapports équivoques avec le pouvoir et l’action révolutionnaire. Le point de départ étant le postulat qu’il existe un lien fondamental entre l’exercice de la violence et les conditions de l’expérience esthétique.

Troisième recherche  du trio : « Toutes les villes détruites se ressemblent ». Un projet qui rassemble Magrit et Bogdan à la mise en scène, qui fait point de connexion entre leurs projets respectifs. Ils plongent ensemble dans les méandres d’un « musée de la ruine » dans une forme à mi-chemin entre l’installation, la performance et le théâtre. Il s’agit ici d’écrire le chemin de production dans le même tempo que celui de la dramaturgie et de la mise en scène. De la slow production, de la mise en diapason.