Paola Pisciottano

 

Né en 1990 en Italie, Paola Pisciottano étudie la Philosophie à l’université de Bologne où elle obtient son Master en 2012 avec un mémoire sur la pensée de Wittgenstein. À Bologne, elle rencontre la compagnie Living Théâtre, avec laquelle elle joue dans la reprise de Mysteries & smaller pieces et crée la performance Green Terror (Bruxelles, Atelier 210).

Suite à sa sélection pour la formation Atelier des 20 (Théâtre Garonne), elle s’installe à Toulouse et suit des workshops avec Marie José-Malis, Gwenaël Morin, TG STAN, Marie Morin, Forced Entertainement et Toshiki Okada. En 2012, elle commence des études de mise en scène à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) à Bruxelles.

Paola questionne la relation entre nos contextes sociopolitiques occidentaux et nos sphères intimes, son travail s’inscrit sous différentes formes à la croisée entre l’installation sonore, le théâtre et la performance. À l’INSAS, elle rencontre Olmo Missaglia et Michele De Luca, avec qui elle créera en 2018 bolognaprocess, une plate-forme de création et d’échanges.

Dans le cadre de ses études, Paola a réalisé : Rumba de sanghe (2013), documentaire radio né de la rencontre avec les ouvriers des Abattoirs d’Anderlecht ; H#1/ Nulla è più difficile dasopportare di una serie di giorni felici (2015), performance sur Barbie, Ken, l’Ancien Testament et la notion de joie; la bande-son pour le spectacle Villa Dolorosa (2015), sous la direction d’Armel Roussel (INSAS, Théâtre de Poche) ; c[RISE]. Paola a également contribué à des projets pour le collectif Une Tribù (La course), Lazare Gousseau (Calderón), Harold Henning (L’oeil nu), Erika Zueneli (Vai e passa et Allein!), Cécile Hupin (Themoment you doubt), et Isabelle Pousseur (Coda/Last exit to Brooklyn).

Paola Pisciottano est artiste résidente aux Ateliers Mommen depuis juillet 2018.